Colza mécanique

Colza mécanique

Karin Brunk Holmqvist

Mirobole

  • Avec "Colza mécanique", l'auteur suédoise Karin Brunk Holmqvist propose un roman léger, loufoque et tendre. Sur un rythme lent, on suit l'histoire de deux frères, deux célibataires âgés de quelque 70 printemps et qui vivent de manière extrêmement modeste. Il ne veulent surtout déranger personne et encore moins être dérangés... Pourtant, des événements qui sortent de l'ordinaire vont chambouler leur quotidien. Un étonnant cercle dans un champ de colza, des spécialistes américains qui débarquent, un centre de soins pour femmes alcooliques qui ouvre dans leur maison d'enfance... Autant de déboires qui vont générer réactions maladroites et quiproquos. Mais qu'ils sont charmants, ces deux p'tits vieux !


  • par
    29 juin 2017

    Karin Brunk Holmqvist est suédoise et est arrivée assez tardivement à l'écriture après avoir exercé pas mal de boulots. Désormais très appréciée dans son pays, à nous de la découvrir ; son premier roman traduit en français, Aphrodite et vieille dentelle est édité chez Mirobole, la maison d'édition aux couvertures soignées, drôles et reconnaissables qui publie donc le deuxième roman de l'auteure, écrit en 2005. Une perle du burlesque, du décalé, de l'humour qui fait sourire tout au long de la lecture avec parfois des éclats de rire incontrôlés. Avant d'en faire l'éloge, je voudrais quand même souligner quelques longueurs, des passages répétitifs qui ne sont pas indispensables et quelques difficultés pour se retrouver dans les nombreux personnages aux noms imprononçables. Mais que ces réserves ne vous fassent pas fuir, car la bonne humeur leur est largement supérieure.

    Le rythme n'est pas haletant, l'histoire se déroule dans une petite ville paisible pour ne pas dire ennuyeuse et c'est justement le remue-ménage provoqué à la fois par l'ouverture du centre de désintoxication et par la découverte du champ de colza qui va l'accélérer un peu et qui joue sur l'opposition tranquillité et fébrilité. En fait, seuls Henning et Albert restent relativement calmes et sereins. Certes, ils se posent beaucoup de questions et il est assez cocasse de lire que c'est leur dénuement, la simplicité de leur vie, leur manque de besoins et de désirs matériels qui les protègent de l'effervescence autour d'eux. Je ne sais pas si la philosophie des deux frères peut être considérée comme la morale de ce livre -d'ailleurs en a-t-il une ?, mais j'aime bien l'idée que ce soit eux les héros, eux qui vivent tous les jours avec le minimum. Sous des airs de comédie frivole, Colza mécanique est plus profond qu'il n'y paraît et pose la question de la croissance, du modernisme à tout prix, du bonheur lié au matériel, de la position sociale et tout simplement du sens de la vie. Tout cela après lecture, lorsqu'on réfléchit un peu pour écrire un article, d'où l'intérêt de bloguer, sinon, je serai peut-être passé à côté ; ou alors, c'est moi qui extrapole qui me lance dans des explications oiseuses, cela se peut, cela se peut, parfois, je ne m'écoute pas penser (je vous laisse sur cette réflexion oh combien intelligente !). Pas mal pour un roman qui d'abord fait plaisir et sourire.


  • par (Libraire)
    10 mai 2017

    Un roman suédois plein de fantaisie

    Un roman plein de fantaisie et de chaleur humaine.
    Deux frères, Henning et Albert, vieux garçons, mènent une vie simple dans une maisonnette de la campagne suédoise. Leur tranquillité va être bouleversée par un vaisseau extraterrestre et un centre de désintoxication pour femmes... Un univers décalé et tendre.


  • par (Libraire)
    11 avril 2017

    Colza

    Henning et Albert sont deux frères de 73 et 68 ans. Ils vivent ensemble dans une petite bicoque un peu sale mais avec beaucoup de charme, dans le fin fond de la Suède. Leur quotidien est fait de bonheurs simples mais leur vie est bouleversée par une suite de quiproquos amusants qui trouvent leur origine dans l'ouverture d'un centre de désintoxication pour femme. Des gens attachants, simples, avec de l'humour. On passe un bon moment.