Sur la route du Danube

Sur la route du Danube

Emmanuel Ruben

Rivages

  • par (Libraire)
    2 mai 2019

    L'usage de l'Europe

    Remonter le Danube à vélo avec un ami ukrainien est une belle aventure, mais ce qui intéresse Emmanuel Ruben est moins le récit, souvent drôlatique, parfois exalté, de cette équipée qui n'hésite pas à emprunter les chemins de traverse, que la longue méditation qu'elle nourrit sur l'Europe, ce «vieux continent vieillissant».
    Méditation sensible et mélancolique dans la partie «balkanique» du parcours, Roumanie, Bulgarie, Serbie, Croatie, qui sont pour Emmanuel Ruben le cœur battant de l'Europe, où se mêlent les langues, où les minarets rappellent que l'empire Ottoman fait partie de notre histoire à nous Européens, et où les multiples rencontres façonnent l'image d'un humanité diverse, souffrante et pourtant généreuse (la rencontre de Zanko, le trompettiste, et de sa famille de Tziganes sortis d'un film de Kusturica, au coucher du soleil, sur une terrasse dominant le Danube, est la plus poignante).
    Méditation inquiète et désabusée au fur et à mesure qu'on se rapproche d'une Europe «germanique», Hongrie fortifiée de Viktor Orban, où les rencontres se font rares, Autriche aseptisée, et Bavière amnésique où errent ici où là les fantômes du nazisme, où on ne rencontre plus personne.
    Emmanuel Ruben met abondamment l'histoire au service de son propos, depuis l'épopée de Samuel 1er, le tsar qui unifia les Balkans au XIe siècle jusqu'à celle des guerres fratricides qui les déchirèrent dans le dernier XXe siècle, et dont les ruines de Vukovar sont la sinistre trace. Mais il invite aussi, et à chaque moment, la géographie, car il n'oublie pas qu'il a été et est toujours géographe. L' acuité du regard donne au paysages traversés une présence presque palpable, et le goût pour les noms de lieux et leurs sonorités, villes - Odessa, Galaţi, Olteniţa, Baikal, Novi Sad, Esztergom-, et contrées -Dobroudja, Valachie, Voïvodine, Wachau- ajoute à la musicalité d'une écriture ample, dont le déroulé, tantôt apaisé, tantôt fougueux semble épouser celui du fleuve.
    Mélancolie, acuité du regard, musicalité de la langue, humanité. On pense évidemment à Nicolas Bouvier et à "L'usage du monde", ce merveilleux livre dont la lecture en a marqué plus d'un. e. Le voyage de Nicolas Bouvier l’emmenait de Genève et de l'Europe, dont il fuyait l'ennui, vers l'Orient, métaphore d'un monde où apprendre à vivre. Le voyage d'Emmanuel Ruben le ramène, et nous avec lui, vers l'Occident, et la réalité du monde où il nous faut vivre, celui d' une Europe confrontée comme il l'écrit, «non à une crise des migrants, mais à une crise des valeurs», celui d'une Europe qu'il nous faut non plus fuir, mais réinventer, réécrire.

    Jean-Luc.


  • par (Libraire)
    18 avril 2019

    Il a donc traversé dix pays, tout en racontant l’histoire des villes et paysages, narrant les invasions barbares, les guerres, les changements de frontière du passé et les migrations d’aujourd’hui. Son "récit l’arpentage" raconte une frontière entre une Europe et une autre - car l’Europe de l’Est n’a pas disparu, un repérage des points de contacts entre un pays et un autre, des endroits où l’on ne passe pas, parce qu’il n’y a pas de pont, pas de bac, de là où il y a des miradors et des barbelés comme ceux que Viktor Orban a mis pour séparer la Serbie de la Hongrie. Car un fleuve comme le Danube sépare autant qu’il unit. En passant, on réalise que tous les pays ne sont pas d’Europe de la même façon, certains sont dans l’espace Schengen, d’autres pas. Et il y a les héritages du monde chrétien, mais surtout de l’Empire ottoman, comme l’indiquent ces mosquées qui sont devenues musées. L’Europe du Danube est fortement diversifiée et mélangée comme en témoigne la petite ville de Vidin, Bulgarie, cette "cette petite Jérusalem danubienne" qui possède des lieux de culte pour les trois religions monothéistes et où "il y avait autrefois des Albanais, des Kurdes, des Druzes, des Grecs, des Turcs, des Tziganes, des Arméniens, des Juifs sépharades, des Tatars et des Circassiens".
    Notons qu’il n’a pas, comme tant d’autres, descendu le fleuve de la source à l’embouchure, mais qu’il a remonté "le Danube dans le sens des invasions barbares et des grandes migrations, […] caressé l’Europe à rebrousse-poil"
    Le récit d’Emmanuel Ruben n’est pas que celui d’un géographe (même s’il connaît des "extases géographiques"), c’est celui d’un géopolitiste qui a une vision politique de l’Europe. De cette Europe économique qui n’est pas encore sociale, il craint la disparition : "nous savons que cette Europe, qui s’est suicidée tant de fois et qui meurt aujourd’hui à petit feu, n’aura pas de troisième chance si elle s’autodétruit de nouveau. Oui, autant l’avouer, le vrai sujet de ce livre n’est pas le Danube mais l’Europe".
    C’est aussi le carnet de route d’un cycliste (les distances indiquées sont exactes) passionné de vélo qui revient dans son pays natal, d’un amoureux des fleuves, d’un Européen "Oui, autant l’avouer, le vrai sujet de ce livre n’est pas le Danube mais l’Europe".