Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

 

À prendre ou à laisser

Lionel Shriver

Belfond

  • Conseillé par (Libraire)
    18 février 2023

    Décapant

    Lionel Shriver n'hésite pas à aborder des sujets délicats avec beaucoup d'humour et sans tabous. Dans ce roman, il s'agit de la vieillesse et de la mort ! Un couple de cinquantenaire en Angleterre décide de se donner la mort à 80 ans ne pas subir le vieillissement, ni peser sur leurs enfants, et le NHS ! le système de santé britannique.
    Les années passent, et.... L'auteure américaine imagine tous les scénarios possibles ; c'est drôle, instructif et touchant. Elle manie l'ironie à merveille mais sans méchanceté, on s'attache aux personnages auxquels ont peut s'identifier.

    Excellent !

    Vanessa


  • Conseillé par
    7 avril 2023

    fin de vie

    Cyril et Kay sont un couple de londoniens dont les 3 enfants ont quitté le nid. Ils ont une immense maison dans un quartier en bord de Tamise et une véranda encore en construction.

    Un soir, après l’enterrement du père de Kay, ils se posent la question de leur fin de vie et décide de faire un pacte : à leur 80 ans, ils mettront fin à leurs jours.

    Ensuite, l’auteur imagine dans chaque nouveau chapitre comment cela peut tourner : Kay se ravise au dernier moment ; ils ne le font pas et dépense tout leur argent ; ils ne le font pas et leurs enfants les placent dans un hospice de vieux….

    J’ai aimé les leitmotivs : le pot de sauce à la menthe du frigo présent ou non ; l’individu dans la camionnette blanche qui peut leur être fatal ; la carte signée de la Reine pour les centenaires ; la question du Brexit et de l’état de la NHS ; la forme de la Norvège pour une tâche au plafond ou le blanc sur une barbe ; Adelaïde l’ancien amour de Cyril ; Cyril qui écrit ses mémoires ; leur plat préféré : des fajitas aux champignons sauvages avec une salade de tomates à la mozzarella di buffala, quelques feuilles de basilic frais et un trait de vinaigre balsamique.

    J’ai aimé que l’hospice s’appelle tantôt La Fin du Voyage (très chic), tantôt la Tombée du Jour (très pauvre).

    J’ai découvert le Docteur Kervokian, médecin américain qui aidait au suicide.

    J’ai aimé que le couple ai pour principe de ne pas boire d’alcool avant 20h, même si parfois, ils font une entorse à la règle.

    J’ai aimé leurs enfants : Simon l’aîné à l’excellente situation à la City ; Hayley la seconde dont le poids est un problème ; Roy, le dernier, qui ne fait rien.

    J’ai aimé leurs fins de vie imaginées par l’auteure, toutes plus surprenantes les une que les autres.

    J’ai aimé l’humour anglais très fin qui m’a parlé de l’état actuel du pays.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la boite à savon noir cachée sur la clayette du haut du frigo, et qui contient le produit mortifère.


  • Conseillé par (Libraire)
    27 janvier 2023

    Epatant

    Kay, quinqua dynamique et volontaire vient de perdre son père. Sénile depuis une bonne dizaine d'années, elle l'assistait quotidiennement. Harassée par ces années éprouvantes, Kay se demande bien comment faire pour éviter une déchéance inéluctable.
    Son mari Cyril trouve la parade : planquer deux comprimés dans le fond du frigo et le jour de leur 80 ans, après un bon gueuleton, avaler ces fichus cachets. Le choix de l'âge semble bien arbitraire à Kay mais après tout ils en auront bien profité.
    Partant de ce postulat Lionel Shriver s'amuse à décliner plusieurs versions où tous les possibles sont envisagés. Du mari lâche à la femme indécise, préférant anticiper ses vieux jours en se parquant dans un hospice haute gamme (et bien flippant) aux enfants ingrats qui ne reculeront devant rien pour se débarrasser d'eux. Lionel Shriver y va allègrement, sans aucune limite et c'est jubilatoire. Elle dégomme au passage pas mal de poncifs et autres clichés sur la vieillesse. Alerte et mordant, "A prendre ou à laisser" est à garder sous le coude, sans nul doute !