Notre-Dame du Nil

Notre-Dame du Nil

Scholastique Mukasonga

Folio

  • 7 décembre 2014

    Ce roman m'a attirée parce qu'il se passe au Rwanda et qu'il se focalise sur les filles. Du Rwanda, je n'ai lu que les essais de Jean Hatzfled et je les avais trouvés si forts que j'avais un peu peur que la fiction ne me semble pas à la hauteur. Si je garde ma préférence pour les essais d'Hatzfeld, je trouve tout de même le roman de Scholastique Mukangosa très attachant et je regrette qu'il n'ait pas figuré sur la liste du Goncourt car il aurait sans doute beaucoup plu à mes élèves qui participaient avec moi au prix Goncourt des lycéens.

    On y retrouve les problèmes de toutes les filles, on y sourit en découvrant que les élèves sont récompensées par des images de Nana Mouskouri et Brigitte Bardot (mais celles de Brigitte Bardot sont confisquées par le prêtre qui les gardent pour lui). On est dépaysée et pourtant, on retrouve des caractéristiques propres à toutes l'humanité, les personnages sont à la fois rwandais et universels. Et la tension monte lentement, jusqu'à atteindre l'horreur et l'on voit que les filles ne sont exemptes ni de soif de pouvoir, ni de violence.


  • par (Libraire)
    31 juillet 2014

    Dans les années 1970, un pensionnat de jeunes filles, situé à 2500 mètres d'altitude, se prépare à recevoir ses élèves pour la rentrée scolaire. Jeunes filles de bonnes familles, diplomates et ministres, elles arrivent dans des Mercedes, des Range Rovers et autres voitures de marque. Elles se préparent à une nouvelle année, où elles vont vivre et suivre des cours dans cette immense bâtisse située si près du ciel. Mais en réalité, c'est en enfer qu'elles vont aboutir. En effet, nous sommes dans les années 70, la majorité des jeunes femmes sont Hutus mais les quotas ségrégationnistes obligent l'école à accepter 10% de filles Tutsis. Et pour elles, c'est un cauchemar. Ainsi, Véronica et Virginia les deux seules Tutsis de la classe de terminale vont subir les malveillances de l'effroyable Gloriosa, fille d'un dignitaire convaincu de la « toxicité » des Tutsis. Nous sommes ici bien avant les massacres du génocide mais on perçoit déjà les prémisses d'une haine féroce. L'auteure raconte avec humour et vivacité le récit tragique de ce Rwanda, violent et haineux.