Conseils de lecture

Un silence brutal
19,00
par (Libraire)
18 avril 2019

Et au milieu coule une rivière

Deux bonnes nouvelles ! Le retour de Ron Rash et la renaissance de la mythique collection "La Noire" chez Gallimard.

Un silence brutal est un roman sombre et mélancolique. L'histoire se déroule dans un coin des Appalaches, et c'est toujours avec cet auteur, de magnifiques descriptions de la nature, des montagnes et de la rivière... C'est aussi un roman très actuel qui aborde à la fois la crise sociale et écologique. Un récit à deux voix avec un shérif proche de la retraite et Becky, la directrice engagée du parc.
Politique. Poétique.

Vanessa


7,10
par
13 avril 2019

Certains jours la rivière est incompréhensible

Jim Harrison nous est surtout connu comme romancier, mais il n'a cessé d'écrire et de publier des poèmes. Ce recueil est un choix judicieux de poèmes publiés entre 1965 et 2010, un bel aperçu de sa voix inimitable, pleine d'autodérision et de gravité. Jim Harrison se coule dans des formes variées, comme une rivière suit son cours : haïkus (à la sauce Harrison!), suites de notations au fil de l'eau, poèmes en prose, portraits, souvenirs, dialogues ... Poésie zen, parce qu'il pratique cet art à sa manière depuis longtemps, non comme une religion mais comme une certaine façon de regarder le monde : "Cela me semblait pour moi la meilleure manière d'aller au cœur des choses". Les lynx, les corneilles, les cougars et les rivières lui sont à la fois très familiers et toujours autres. "Nous sommes ici pour être curieux et non consolés", dit-il dans le long et merveilleux poème "La fenêtre d'or".
Curiosité, avidité de voir, de toucher, de saisir et de goûter ce monde :
"Je crois à d'abrupts à-pics, à l'orage sur le lac
en 1949, aux vents glacés, aux piscines vides,
au sentier invisible menant à la rivière, à l'ail frais,
aux pneus usés, aux bars, aux saloons, aux tavernes,
aux litrons de vin rouge, aux fermes abandonnées ...
aux filles qui n'ont pas viré complètement barjot ..."


Utopies réalistes

Bregman, Rutger

Points

8,80
par
12 avril 2019

Soyons irréalistes et déraisonnables, demandons l'impossible !

En 10 chapitres très documentés et pleins d'humour, R. Bregman montre combien de belles utopies (la fin de la pauvreté, le travail choisi, l'ouverture des frontières ...) sont vraiment envisageables pour demain. Elles ont d'ailleurs fait l'objet d'expérimentations que retrace minutieusement Bregman.
Après tout, l'émancipation des esclaves et le vote des femmes n'étaient-ils pas aussi des utopies?
Coup de cœur de Frédéric


DEMAIN LES CHIENS
7,10
par
12 avril 2019

Entre La Fontaine et la planète des singes

Magie de la SF! Imaginons une terre future, où l'homme a laissé place aux chiens. Ceux-ci ont leurs légendes, des récits qu'ils se transmettent, où l'Homme est plutôt menaçant. Qu'importe, puisque les chiens sont des doux et sensibles, d'une grande hauteur morale. De quoi nous faire réfléchir sur nous-mêmes, pauvres bipèdes...
Bien sûr, depuis La Fontaine (et ses inspirateurs de l'Antiquité), parler des animaux, c'est parler des hommes. Simak nous tend un miroir et nous amène, avec beaucoup de douceur et de patience, à nous hisser moralement à la hauteur de ces chiens ... humanistes. L'Homme a disparu, seules d'étranges paraboles rappellent son souvenir, mais est-ce si grave au fond?
Coup de cœur de Frédéric


Stalker, Pique-nique au bord du chemin

Pique-nique au bord du chemin

Folio

7,90
par
12 avril 2019

Un futur si proche

La Terre a été visitée par des extraterrestres : un sujet bien banal ... Mais ils sont repartis sans se laisser voir, laissant en héritage des objets énigmatiques, miraculeux ou mortels, et des Zones maudites que seuls fréquentent ces "stalkers" intrépides ... ou inconscients : des glaneurs-revendeurs d'objets.
La science-fiction des frères Strougatsky est une SF du quotidien : elle ne propose pas d'interrogations métaphysiques, elle ne construit pas d'univers grandiose (Pour cela il faudra lire Il est difficile d'être un dieu, des mêmes auteurs!). Elle raconte la débrouille d'êtres ordinaires, capables de médiocrité comme de grandeur, placés face à un profond mystère. C'est cette confrontation qui rend Stalker si prenant.
Le roman a été adapté et remanié au cinéma en 1979 par Andreï Tarkovski.
Coup de cœur de F. Drode