Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

 

Conseils de lecture

16,50
Conseillé par (Libraire)
11 mai 2024

Les trois mousquetaires

Bea et Raffy vivent dans le paradis naturel qu'est Ravenwood depuis leur naissance (c'est à dire 11 ans), durant l'été Noa va se joindre à eux et ils vont se promettre de passer le meilleur été possible.
Seulement, les adultes ont décidé de vendre la propriété à un entrepreneur qui souhaite tout raser, même le magnifique Yggdrasill, arbre vieux de 400 ans, véritable refuge pour les enfants.
Mais nos trois héros ont décidé de tout donner pour défendre cette endroit si cher à leur coeur, leur maison.
Une histoire belle et inspirante qui insuffle bien du courage.
Dès 10 ans.

Amélie


16,00
Conseillé par (Libraire)
11 mai 2024

La force des enfants

L'autrice flamande s'inspire d'une histoire vécue pendant son enfance :
le narrateur Jimmy a onze ans, solitaire, il se passionne par sa collection de "flippos" (vignettes illustrées) à laquelle il consacre tout son temps libre. Il les époussette soigneusement (on trouve les flippos dans les paquets de chips!), les range consciencieusement dans des classeurs, dont l'un est réservé à son meilleur ami Tristan. Il imagine la cérémonie qu'il va organiser pour lui offrir, un moment fort qui va sceller leur amitié à tout jamais.
Tristan est un réfugié qui a fui le Kosovo, la guerre, la violence et les menaces, avec toute sa famille. Après plusieurs mois passés dans ce village, ils sont menacés d'expulsion, leur demande d'asile ayant été refusée. Mais Tristan et sa grande sœur Jetmira veulent vivre ! Et ils ont un plan dans lequel Jimmy va jouer un rôle prépondérant.
Un roman court, poignant, drôle aussi, qui aborde avec beaucoup de finesse le drame de l'exil et la force de l'enfance.

Vanessa


17,50
Conseillé par (Libraire)
7 mai 2024

Un jeune homme qui va se révéler !

Ismaël a 15 ans et vit des choses compliquées. Comme il ne partage pas ses souffrances avec sa famille, celle-ci peine à le comprendre et ne sait plus quoi faire avec lui.
Un jour, ça va être la goutte de trop, il va craquer et se retrouver exclu de son collège pour 1 mois. Envoyé chez son oncle et sa tante à Lyon , il va devoir faire un stage dans un authentique "bouchon lyonnais". Il va alors se révéler et ses nouvelles rencontres vont le conduire à mener 1000 vies !
Le récit très touchant, avec de l'humour, de l'amour, de l'aventure et beaucoup de justesse, d'un jeune homme qui se construit.
Une écriture qui accroche et qui nous pousse à tout lire d'une traite !

Amélie


Erwan Desplanques

Éditions de L'Olivier

18,50
Conseillé par (Libraire)
4 mai 2024

Une douce folie

Etrange... Je lis la première nouvelle et je suis comme déçue par la chute. Et puis, l'histoire fait son chemin, et je ne sais pourquoi, je ne l'oublie pas, elle reste en moi, elle me titille. Alors, j'attaque la deuxième et chaque fois une drôle de sensation, quelque chose m'échappe et me touche à la fois. Je n'ai pas les mots pour décrire ces nouvelles d'Erwan Desplanques mais lui, c'est sûr, il a su les trouver ! Elles n'ont l'air de rien ces nouvelles, et pourtant... A chaque point final, on se retrouve un peu groggy, comme si on avait découvert en soi un possible, une part que l'on ne connaît pas, un peu folle, parfois douce. Lire "La Part sauvage" c'est comme partir pour mieux revenir.

Vanessa


17,00
Conseillé par (Libraire)
2 mai 2024

COURT ET DIDACTIQUE: INDISPENSABLE

Le 7 octobre 2023 fut un véritable cataclysme mondial, un chaos total. Cet évènement inimaginable donne raison à la dernière phrase de ce livre qui précise que « la suite de l’histoire n’est jamais écrite ». A défaut de prévoir l’avenir, il est indispensable de relire l’histoire pour comprendre les raisons d’une situation aujourd’hui sans issue apparente. C’est ce que fait cet essai qui donne à penser que dès 1897, lorsque Theodor Herzl établit à Bâle, les bases fondatrices d’un état sioniste en Palestine, la constitution envisagée de ces deux états est obligatoirement vouée aux conflits. Et à l’échec.

Pour des raisons sémantiques tout d’abord car à aucun moment les conditions frontalières des Etats ne furent clairement précisées. Herzl écrit dans son journal à propos du territoire qu’il n’est « que le support concret d’un état ». Pour lui l’essentiel n’est pas dans la localisation (il évoque même la possibilité d’une implantation en Argentine) mais plutôt dans « la volonté du peuple ». Lord Balfour va après la chute de l’empire Ottoman soutenir au nom du Royaume-Uni l’établissement non plus d’un état mais d’un « foyer national pour le peuple juif », encouragement général sans précision quant à la définition des territoires. Une imprécision favorable à toutes les tensions qui vont s’exacerber peu à peu au long du mandat britannique sur la Palestine.

Aux raisons sémantiques se substituent après la seconde guerre mondiale des raisons géographiques cette fois-ci. De la nation, il faut passer à l’Etat et à son territoire. Il suffit de lire une carte définissant les frontières des deux Etats par l’ONU naissante pour comprendre immédiatement que la partition première est vouée à l’échec: un découpage imbriqué et inextricable, totalement étranger à la définition d’un territoire uni et cohérent. Invivable pour toutes et tous.

Centrale dans les conflits qui débutent dès avril 1920 entre sionistes et nationalistes palestiniens, la localisation des Etats et la partition de Jérusalem sont le fil conducteur de l’ouvrage qui contrairement à ce que peut laisser penser la couverture annonçant « 50 questions pour tout comprendre », n’est pas un quizz mais bien un récit interrogatif avec une forme narrative chronologique. Ecrit d’abord pour un podcast de France Inter en six épisodes pour six dates clés, ce texte est ici adapté et utilement complété de cartes, de définitions, de repères chronologiques.

On comprend à la lecture que le récit du conflit est marqué par des dates phares qui transforment à chaque fois l’histoire attendue en soubresauts irréversibles. Première Intifada, première guerre en 1948, guerre des six jours, Intifada des pierres, accords d’Oslo, assassinat de Rabin sont autant de marqueurs et de moments clés répétitifs qui font basculer un avenir prévisible en avenir chaotique. Les évènements du 7 octobre rentrent totalement dans cette logique de fractures. La mise en perspective historique démontre également comment le fait religieux existant au départ, mais non essentiel (le drapeau palestinien portait le croissant et une croix), est devenu peu à peu prioritaire, exacerbant les tensions. Le livre porte en lui même une forme de pessimisme constatant que l’échec des accords d’Oslo a amené au pouvoir pour chacune des deux parties les extrêmes, Frères Musulmans du Hamas et extrême droite israélienne. Deux partis nés uniquement pour l’affrontement.

Bref, dans sa pagination, cet ouvrage est indispensable par sa concision, sa précision et sa forme. Il aide à comprendre la logique d’évènements imprévisibles. A l’heure des avis définitifs sur tout, prendre le recul est essentiel. A ce titre, cet ouvrage remplit parfaitement la mission que Thomas Snégaroff lui attribue dans sa préface : « éclairer le citoyen dans un monde assombri ».