Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

 

35,95

Coup de projecteur inédit sur l’œuvre de Doisneau ! Les âges et usages du vélo des années 1930 à 1990 sous l’œil tendre et malicieux d'un des plus grands maîtres de la photographie humaniste.

Et si l’on partait sur les chemins à bicyclette avec Doisneau ? Fort d’une sélection de 120 photographies exceptionnelles, dont de nombreuses sont inédites, ce beau livre explore un nouveau champ de l’œuvre de Robert Doisneau : le vélo !
À travers près de 60 ans de reportages, il raconte aussi l’histoire de la mobilité et des loisirs dans la société française. Tour à tour, le vélo y est moyen de locomotion, outil de travail, loisir sportif, symbole de liberté. Né en 1912 à Gentilly, Robert Doisneau est de cette génération pour laquelle le vélo est passé du statut d’objet d’émancipation à celui d’anomalie urbaine dans des villes où l’automobile a pris le pouvoir. 

Ce livre choral croise les lectures d’un journaliste spécialiste des mobilités urbaines, Vladimir Vasak, d’une historienne de la photographie, Angelina Meslem, et d’un cinéaste passionné de cyclisme, Patrice Leconte.
Une échappée extraordinaire dans les rues de Paris et sur les routes de France, dans les roues que Robert Delpire, le fondateur du Centre national de la photographie, qualifiait « d’ethnologue de son propre milieu ».


Regards photographiques

Vincent Lemire, Yann Potin, Danielle Tartakowsky

Seuil

39,00

Au début des années 1950, alors que le Parti communiste demeure le premier parti politique français, le journal l’Humanité crée un service inédit, qu’il qualifie d’« agence de presse unique en France » : les correspondants-photographes.
Anonymes, militants, amateurs, ce sont jusqu’à 6 000 informateurs qui constituent alors un maillage original, le premier réseau social mis en place en France. Ces correspondants prennent des photographies où qu’ils se trouvent, documentant ainsi la vie sociale et politique française pendant près de 50 ans.
Ces 40 000 images, pour la plupart restées à l’état de négatifs, forment aujourd’hui un fonds d’archives exceptionnel mis en lumière dans cet ouvrage, révélation photographique d’une mémoire collective retrouvée.


29,90

Prix Renaudot de l'essai 2022

S'il y a un peintre français qui, par son seul génie, a bouleversé le monde entier, c'est bien Édouard Manet. Depuis l'enfance, j'aime ses œuvres, ses noirs, ses ivoires, ses énigmes, ses amoureuses. La violence extrême qu'il a suscitée est inimaginable aujourd'hui. Je vous propose une balade personnelle et intime dans sa vie. Ado, j'avais trois idoles : lui, Jacques Monory, le peintre des meurtres bleus, et Led Zeppelin. Vous allez les retrouver ainsi que des conversations sur le bel Édouard avec Koons, Barceló, Longo, Condo, Tabouret, Lavier, Yan Pei-Ming, Traquandi, Mivekannin et ceux qui font l'art vivant. Je ne suis pas historien, ce qui me permet de convoquer des surprises dans le secret des ateliers : Picasso, Warhol, De Niro père et fils, Hockney, Visconti, César, Niki de Saint Phalle, La Casa de Papel, Laurence des Cars, Bourdieu, la maladie brutale, le journalisme, mes parents, modestes marchands de tableaux et ceux du monde entier... Notre Hitchcock de la peinture a inventé l'art moderne pour le reste de la planète. Il adorait la vie et il a fini, presque paralysé, par peindre des fleurs déchirantes. Étant passé tout proche du ravin rejoindre mon père, je me suis autorisé ce roman vrai avec des reproductions magnifiques. Édouard Manet a vécu la mort aux trousses en revenant tout jeune du Brésil, à cause de la syphilis qui l'a tué à 51 ans. Comme Baudelaire à 46 ans. Il lui ferma les yeux. Il repose au cimetière de Passy, à Paris. Il incarne la preuve que l'art contemporain n'existe pas car le Déjeuner sur l'herbe est vivant pour l'éternité. Partout.


Directrice d'ouvrage : claire bernardi

Réunion des Musées Nationaux

45,00

"Je ne peins pas ce que je vois mais ce que j'ai vu."

L'œuvre de Munch ne se réduit pas aux quelques chefs-d'œuvre réalisés dans les années 1890. Le catalogue en propose une lecture globale, mettant en avant la grande cohérence de la création du peintre norvégien. Exprimant l'idée que l'humanité et la nature sont unies, il élabore une iconographie inédite inspirée par les philosophies vitalistes, notamment de Nietzsche et Bergson.


Alison Gingeras

Phaidon

300 femmes peintres met à l’honneur les figures féminines qui ont marqué l’histoire de la peinture ainsi que les étoiles montantes de l’art contemporain. Chaque artiste est présentée par une œuvre majeure, accompagnée d’un texte explicatif. Représentant une multitude de mouvements, genres et techniques, ces femmes démontrent qu’elles ont activement participé à l’histoire de la peinture. Une introduction et un glossaire en fin d’ouvrage permettent d’approfondir cette étude sur la peinture, discipline qui a longtemps régné en maître dans le monde de l’art. Organisé par ordre alphabétique, 300 femmes peintres défend une histoire plus diverse de l’art en mettant en lumière la créativité des femmes peintres du passé, du présent et du futur. Cette rétrospective est le parfait compagnon des ouvrages 400 femmes artistes et Artistes africains publiés par Phaidon. Plus de 300 artistes, plus de 60 pays, 5 siècles d’histoire, 1 recueil unique.