Les titres vraiment préférés de La Grande Ourse.

Les titres vraiment préférés de La Grande Ourse.

Nous les avons lus, nous les aimons, nous aimerions les partager avec vous !

Expiation
9,40

Sous la canicule qui frappe l'Angleterre en ce mois d'août 1935, la jeune Briony a trouvé sa vocation : elle sera romancière. Finsi les contes de fées et les mélodrames de l'enfance. Du haut de ses treize ans, elle voit dans le roman un moyen de déchiffrer le monde. Mais lorsqu'elle surprend sa grande sœur Cecilia avec Robbie, fils de domestique, sa réaction naïve aux désirs des adultes va provoquer une tragédie. Trois vies basculent et divergent, pour ne se recroiser que cinq ans plus tard, dans le chaos de la guerre, entre la déroute de Dunkerque et les prémices du Blitz. La brutalité du réel va faire mûrir Briony. Mais est-il encore temps d'expier un crime d'enfance ?Prolongeant une grande tradition anglaise, celle de Lawrence et du Messager, tout en s'interrogeant sur les pouvoirs et les limites du romancier, Ian McEwan restitue, avec une égale maîtrise, les frémissements d'une conscience et les rapports de classes, la splendeur indifférente de la nature et les tourments d'une Histoire aveugle aux individus. Peintre admirable de la fragilité du bonheur et de la douleur du souvenir, il nous livre, avec Expiation, son roman le plus abouti.
Peintre admirable de la fragilité du bonheur et de la douleur du souvenir, McEwan nous livre, avec Expiation, son roman le plus abouti.


Le détroit du Loup
8,30

Le printemps est synonyme de transhumance pour les éleveurs du Grand Nord. Chaque année moins nombreux, hommes et rennes traversent le détroit du Loup dans l'indifférence des puissants prospecteurs pétroliers. Mais la mort d'un jeune éleveur et celle du maire d'Hammerfest vont attiser la colère des uns et l'appétit des autres. Face à cette flambée de violence, la police des rennes mène l'enquête.Journaliste, Olivier Truc vit à Stockholm où il est le correspondant du Monde. Dans Le Détroit du Loup, les lecteurs retrouveront Klemet et Nina, de la police des rennes, rencontrés dans Le Dernier Lapon (disponible en Points).« Olivier Truc a le sens du suspense bien frappé et des personnages attachants qui nous entraînent sur des pistes jamais balisées. C'est certain, ce polar polaire mérite plus d'une étoile. »Paris Match


HHhH

Le Livre de Poche

7,90

Prague, 1942, opération « Anthropoïde » : deux parachutistes tchèques sont chargés par Londres d'assassiner Reinhard Heydrich, le chef de la Gestapo et des services secrets nazis, le planificateur de la Solution finale, le « bourreau de Prague ». Heydrich, le bras droit d'Himmler. Chez les SS, on dit de lui : « HHhH ». Himmlers Hirn heiβt Heydrich – le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich. Dans ce livre, les faits relatés comme les personnages sont authentiques. Pourtant, une autre guerre se fait jour, celle que livre la fiction romanesque à la vérité historique. L'auteur doit résister à la tentation de romancer. Il faut bien, cependant, mener l'histoire à son terme...

Un écrivain qui accomplit la prouesse d'à la fois narrer l'Histoire authentique, tout en insérant sa vision du monde [...].On trouve de tout dans HHhH : on y cite Tarantino, Chaplin, Bogart, les films de Fritz Lang et de Douglas Sirk. Philippe Labro, Le Figaro.

“HHhH” de Laurent Binet est le lauréat du prix des lecteurs du Livre de poche 2011.


La ferme des animaux
6,60

«Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Snowball et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement : "Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d'alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux."Le temps passe. La pluie efface les commandements. L'âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer : "Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d'autres."»


La route de Beit Zera / roman
6,20

Stepan vit avec sa chienne quelque part en Israël dans une maison isolée près des bois. Il écrit chaque jour à son fils Yankel, forcé de se cacher à l’autre bout du monde. Il dit son espoir de le retrouver et se souvient de l’époque où il contrôlait les Palestiniens aux postes-frontières, partagé entre la haine, la honte et la compassion. Jusqu’au jour où sa solitude se voit bousculée par un jeune Palestinien mystérieux qui lui rend visite et s’attache peu à peu à la chienne.

Né en 1956 en Lorraine, Hubert Mingarelli a beaucoup voyagé et vit désormais à Grenoble. Il est l’auteur d’une vingtaine de romans et de nouvelles.