Votre rentrée littéraire 2018 !

Votre rentrée littéraire 2018 !

Découvrez une large sélection de la rentrée littéraire de 2018.
Suite à notre Tulalu spécial rentrée littéraire, vous avez été nombreux et nombreuses à nous partager vos coups de cœur.
Voici la liste des livres recommandés par vos soins !

Simple
17,50

On ne l’appelle jamais Antoine Orsini dans ce village perché au coeur des montagnes corses mais le baoul, l’idiot du coin. À la marge, bizarre, farceur, sorcier, bouc émissaire, Antoine parle à sa chaise, lui raconte son histoire, celles des autres, et son lien ambigu avec Florence Biancarelli, une gamine de seize ans retrouvée morte au milieu des pins et des années 80.
Qui est coupable ?
On plonge à pic dans la poésie, le monde et la langue singulière d’un homme simple, jusqu’à la cruelle vérité.


RIEN NE VA PLUS SOUS LES ETOILES

Mclachlan Jenny

De la Martinière jeunesse

13,50

Sa mère a dû s'absenter pendant dix jours et Meg doit s'occuper seule de sa petite sœur… Son grand père est bien trop fantasque pour lui venir en aide. Mais si Meg, fan d'astronomie, est capable d'expliquer les secrets de l'Univers, les bébés restent pour elle un mystère. Parviendra-t-elle à conjuguer sa vie de collégienne rêveuse avec les responsabilités d'une mère de famille ? En tout cas, Meg va devoir sortir de sa coquille et… redescendre sur Terre !


À son image
19,00

Par une soirée d’août, Antonia, flânant sur le port de Calvi après un samedi passé à immortaliser les festivités d’un ma­riage sous l’objectif de son appareil photo, croise un groupe de légionnaires parmi lesquels elle reconnaît Dragan, jadis rencontré pendant la guerre en ex-Yougoslavie. Après des heures d’ardente conversation, la jeune femme, bien qu’épuisée, décide de rejoindre le sud de l’île, où elle réside. Une embardée précipite sa voiture dans un ravin : elle est tuée sur le coup.
L’office funèbre de la défunte sera célébré par un prêtre qui n’est autre que son oncle et parrain, lequel, pour faire rempart à son infinie tristesse, s’est promis de s’en tenir stric­tement aux règles édictées par la liturgie. Mais, dans la four­naise de la petite église, les images déferlent de toutes les mémoires, reconstituant la trajectoire de l’adolescente qui s’est rêvée en photographe, de la jeune fille qui, au milieu des années 1980, s’est jetée dans les bras d’un trop séduisant militant nationaliste avant de se résoudre à travailler pour un quotidien local où le “reportage photographique” ne sem­blait obéir à d’autres fins que celles de perpétuer une collec­tivité insulaire mise à mal par les luttes sanglantes entre clans nationalistes.
C’est lasse de cette vie qu’Antonia, succombant à la tenta­tion de s’inventer une vocation, décide, en 1991, de partir pour l’ex-Yougoslavie, attirée, comme tant d’autres avant elle, dans le champ magnétique de la guerre, cet irreprésentable.

De l’échec de l’individu à l’examen douloureux des apories de toute représentation, Jérôme Ferrari explore, avec ce roman bouleversant d’humanité, les liens ambigus qu’entre­tiennent l’image, la photographie, le réel et la mort.

-----------------------------------------
Prix littéraire "Le Monde" - 2018


L’hiver du mécontentement
18,00

L’Hiver du mécontentement, c’est l’hiver 1978-1979, où des grèves monstrueuses paralysèrent la Grande-Bretagne et où Margaret Thatcher s’apprêtait à prendre le pouvoir. Thomas Reverdy écrit le roman de cet hiver qui sonna le glas d’une époque et accoucha d’un autre monde, le nôtre. Mais il raconte aussi comment de jeunes gens réussissent à s’y faire une place, en luttant avec toute la vitalité et les rêves de leur âge.


Prix Interallié 2018


Ce coeur qui haïssait la guerre
24,50

Au lendemain de la Grande Guerre, Anton découvre un domaine inexploré : la conquête de l'espace. Jeune ingénieur allemand, il rêve plus d'étoiles que de pouvoir et de politique. Une opportune neutralité qui lui permet de ne pas prendre position entre pro et antinazis. Mais que vaut la neutralité lorsque l'on travaille sur une fusée financée par l'Armée et qu'elle devient une arme dévastatrice ? Ce sont deux femmes également aimées qui rappellent à ce coeur rebelle que si l'homme n'est pas fait pour la guerre, il l'est encore moins pour la servitude, et l'amènent à passer de la résistance passive à la trahison de son pays.

Dans cette fresque d'une puissance exceptionnelle, Michel Heurtault, l'auteur de L'Étrangère et du Bal défendu, explore la complexité des engagements qui ont divisé la société allemande depuis l'avènement du IIIe Reich jusqu'à sa chute. Au-delà, son roman interroge la définition même de la résistance, à travers le destin d'hommes et de femmes pris au piège d'une époque fatale, du grand cimetière de la Russie aux intrigues pour imposer l'Ordre noir.