Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

L'étrange malédiction du Benfica-Lisbonne en Europe, De bela guttmann à josé mourinho
EAN13
9791032630310
ISBN
979-10-326-3031-0
Éditeur
SYDNEY LAURENT
Date de publication
Nombre de pages
533
Dimensions
22 x 15 x 14,9 cm
Poids
913 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'étrange malédiction du Benfica-Lisbonne en Europe

De bela guttmann à josé mourinho

De

Sydney Laurent

Offres

L'histoire du Benfica Lisbonne dans les coupes d'Europe des clubs est celle d'un double paradoxe. Le premier paradoxe est qu'au début des années 1960 la formation lusitanienne fut un successeur totalement inattendu du Real Madrid de Di Stefano, Puskas, Gento, Kopa, Santamaria qui avait remporté les cinq premières éditions de la coupe d'Europe des clubs champions entre 1956 et 1960. Les Aigles « prirent » la place qui était promise au FC Barcelone, aux meilleures formations italiennes, anglaises, allemandes, au stade de Reims, voire aux meilleures équipes du bloc communiste. Le second paradoxe du Benfica Lisbonne dans les coupes européennes des clubs est que tout en demeurant une formation très compétitive depuis plus d'un demi-siècle, les Aigles n'ont plus conquis un trophée européen, s'inclinant notamment huit fois en finale entre 1963 et 2014. Au cours de cette étude couvrant un quart de siècle, 1975-2000, l'auteur cherche à comprendre pourquoi le Benfica Lisbonne n'a remporté aucun trophée européen, alors qu'entre 1976 et 1997 les Aigles se sont hissés treize fois en quart de finale, six fois en demi-finale, trois fois en finale. Manque ou insuffisance de footballeurs de dimension internationale en raison de la faiblesse de la surface financière du Benfica Lisbonne par rapport aux clubs européens des pays les plus riches, phénomène amplifié par l'arrêt Bosman ? Déficit physique par rapport aux meilleures formations britanniques, allemandes, néerlandaises, belges ? Déficit tactique et défensif par rapport aux équipes italiennes les plus performantes ? Management déficitaire concernant le recrutement des joueurs et des coaches ? Approche philosophique du football trop « romantique » et « esthétique » privilégiant le beau geste au détriment de l'efficacité finale à la différence de son voisin et rival du nord le FC Porto ? Véracité et prophétie auto-réalisatrice de la « malédiction » du « sorcier » juif hongrois Bela Guttmann ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.