Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

Il est 15h30 et nous sommes toujours vivants, Kiev - journal de guerre
EAN13
9782267046878
ISBN
978-2-267-04687-8
Éditeur
Christian Bourgois
Date de publication
Collection
Essais
Nombre de pages
256
Dimensions
20 x 12 x 1,4 cm
Poids
256 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Il est 15h30 et nous sommes toujours vivants

Kiev - journal de guerre

Christian Bourgois

Essais

Offres

Autre version disponible

Kharkiv. Marioupol. Lougansk. Tchernihiv. Boutcha…
« Je prie mes lecteurs, tous ceux qui sont auprès de nous par la pensée en ce moment, de graver dans leur mémoire ces noms de villes ukrainiennes. Ces lieux nous appartiennent à nous tous. La responsabilité de leur sécurité incombe au monde entier. »


Dès le début de la guerre en Ukraine, le 24 février 2022, l’écrivaine et photographe Evgenia Belorusets a entrepris de tenir un journal, dans lequel elle raconte le quotidien des habitants de Kiev : le sifflement des bombes, le silence des rues dévastées, la sidération, l’effroi, l’incertitude. Mais la vie, aussi, qui continue vaille que vaille à travers les gestes les plus anodins – échanger quelques mots avec un voisin, s’asseoir un moment sur un banc dans un parc, attraper au vol le miracle d’un sourire, d’un rayon de soleil, d’une minute de répit.

Avec ce document exceptionnel, dans lequel dialoguent textes et photographies, Evgenia Belorusets fait acte de résistance à sa manière intime, tentant, par les seules armes de l’art et de la littérature, de nous faire prendre la mesure exacte, à hauteur d’humanité, du drame qui se joue aujourd’hui à nos portes.

Traduit de l’allemand par Olivier Mannoni avec la collaboration de Françoise Mancip-Renaudie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

Conseillé par (Libraire)
19 juillet 2022

Une leçon d'humanité

Le jeudi 24 février 2022, en se réveillant, Evguenia Belorusets découvre sur son portable la trace de huit appels manqués. « Une froide inquiétude s'est emparée de moi », écrit-elle . « J'ai appelé ma cousine, parce que sa belle ...

Lire la suite