Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

The Americans I Met
EAN13
9782492696077
ISBN
978-2-492-69607-7
Éditeur
André Frère éditions
Date de publication
Nombre de pages
248
Dimensions
28,5 x 22,5 x 2,4 cm
Poids
1200 g
Langue
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

The Americans I Met

André Frère éditions

Offres

The Americans I Met est un projet combinant photographie et histoire orale. Il rassemble des portraits et des conversations réalisés au fil de rencontres que le photographe Viktor Hübner a vécues lors d’une série de voyages en auto-stop à travers les États-Unis. Avec seulement son appareil photo, un enregistreur audio et quelques provisions, il a parcouru 41 États et plus de 25 000 km de 2017 à 2019. Tout au long de ses voyages, Viktor Hübner a privilégié les rencontres fortuites et s’est appuyé quotidiennement sur l’hospitalité des personnes qu’il a croisées. Voyageur étranger, il est devenu le témoin oculaire de la vie pratique et spirituelle de nombreux Américains, et le porteur de nombreuses confidences. Ce livre se concentre sur les personnes que Viktor a rencontrées lors de ses voyages, leurs paroles, leurs expériences et, par extension, l’ère Trump dans laquelle elles ont vécu. The Americans I Met de Viktor Hübner. Le titre est peut-être trop modeste pour l’ampleur du projet et l’ambition qui le sous-tend. Hübner a absorbé et actualisé stylistiquement le travail de photographe comme Stephen Shore, Mitch Epstein, Walker Evans et même Robert Franck, ou de confrères allemands comme Thomas Struth, qui s’est rendu au Yosemite et à El Capitan pour nous montrer la file de voitures garées et de touristes prêts à «cliquer». Mais Hübner a également utilisé les codes de l’art conceptuel et de la performance. Il a établi des règles, mis en place un système, l’a laissé fonctionner et est allé là où le processus l’a mené. Pas de voitures de location, pas d’hôtels, pas de transports publics, pas de réservations sur Internet, pas de relations sexuelles avec les personnes qu’il a rencontrées, juste assez d’argent pour la nourriture et les films et être ouvert à ce que les gens rencontrés avaient à lui dire. Cela semblait risqué, 16 000 miles parcourus entre 2017 et 2019 sous la présidence Trump, lorsque les «guerres culturelles» sont devenues un cri de guerre et que la notion selon laquelle les hautes clôtures font les bons voisins est devenue plus qu’une métaphore. Hübner est l’opposé de Robert Frank. Là où Frank cherchait le thème et le motif, avec des nuances de menace et de révélation, Hübner cherche l’anomalie et l’apparition - l’inexplicabilité soudaine. Il est ouvert à l’absurde, alors que Frank ne l’a jamais été. Cette vision est équilibrée - ou plutôt augmentée - par de nombreux portraits attentifs, où le jugement est mis de côté. La notion de portrait photographique a fait long feu. Mais dans ce livre, les portraits jouent un rôle clé. Ils ralentissent le rythme du voyage et déplacent l’attention des événements vers les personnes, des stéréotypes vers les individus. Tyler, de l’Oregon, vêtu d’une toge héroïque ; Robert, Paris et leur fille de la tribu Nez Perce, allongés ensemble dans une unité de protection ; une coupe de cheveux à domicile avec les Kirkpatricks dans les grands espaces de l’Ouest - ces portraits capturent un sentiment d’humanité, des personnes qui respirent en dehors du cadre. Peut-être les Américains ont-ils vraiment une vie intérieure. Pourtant, la question demeure : qu’a découvert Hübner au cours de ses voyages ? Est-ce simplement ce qu’il a apporté avec lui, les mythes, les icônes de la culture pop, la couverture médiatique sensationnelle et le scepticisme européen à l’égard d’une nation trop puissante pour son propre bien ? D’après ce qu’il a reproduit de ses conversations - lecture essentielle pour les photographies de ce livre - elles semblent confirmer tout ce que l’on pouvait déjà imaginer. Les Américains ont profondément peur, voire se méfient les uns des autres et ils sont armés. Comme Tocqueville l’avait compris il y a bien longtemps, les Américains sont prêts à se méfier - des autres Américains ! Mais si Hübner n’avait découvert que cela, il aurait mis fin à ses voyages bien plus tôt. Ce qui l’a poussé à continuer, c’est une autre chose qui a également émerveillé Tocqueville : l’ouverture et la générosité face à une personne totalement inconnue, l’étranger.
S'identifier pour envoyer des commentaires.