Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

EAN13
9791091555807
ISBN
979-10-91555-80-7
Éditeur
Atelier des cahiers
Date de publication
Collection
Littératures
Nombre de pages
250
Dimensions
21 x 14,5 x 2,5 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Notre pays

Le cycle d'Imjin 1

Atelier des cahiers

Littératures

Offres

La plongée d’une idéaliste dans les guerres coréano- japonaises du XVIe siècle. Objectif : survivre au rythme des tambours de guerre et des coups de poker. 1597, les troupes du Japonais Toyotomi Hideyoshi accostent pour la deuxième fois sur les côtes du royaume de Joseon, l’actuelle Corée. Le cliquetis de leurs armures se répand dans la péninsule sous le regard désabusé des fantômes et de la nature resplendissante. Pourtant, dans l’air salé de cette fin d’été, une étonnante jeune fille venue d’un autre temps émerge des eaux. Fille du XXIe siècle, elle pénètre dans ce monde du passé où tout lui est étranger. C’est ainsi que débute cette fiction historique qui immerge ses lecteurs dans une période méconnue de l’histoire asiatique. Les guerres d’Imjin, aussi appelé Bunroku et Keicho au Japon, ont signé le destin funeste de trois États qui connurent de profondes altérations à mesure que leurs cicatrices, jamais totalement soignées, se creusaient. Sans en être la cause principale, ce conflit participa à la chute de la dynastie chinoise des Ming et au renfermement progressif du pays du Soleil levant. Pour la Corée, les invasions restent un profond traumatisme que la colonisation japonaise du XXe n’a fait que renforcer. Pourtant, l’histoire d’une guerre ne se résume pas qu’à la relation néfaste de l’envahisseur et du conquis. Elle cristallise aussi les réalités sociales d’un État. Et ce roman historique porte à coeur de raconter la violence des conflits de l’épée comme de la plume. À travers ces pages, l’histoire introduit les incidences sur les castes sociales du royaume de Joseon et du Japon féodal. Il chuchote l’héritage de la guerre civile de la période Sengoku et les conséquences des purges de lettrés aux XVe et XVIe siècles. Mais c’est surtout à travers la figure d’Haneul, l’incarnation de la modernité coréenne, que se joue une rencontre sensible. Descendante de Coréens déportés au Kazakhstan, l’héroïne hérite d’un métissage qui l’enferme toujours, aux regards de ses compatriotes, dans le stigmate des métèques. Grandissant dans une Corée du Sud assoiffée d’ouverture et de grandeur, Haneul porte sur le monde un regard sans haine. Ses idéaux pacifistes rencontrent alors de plein fouet la violence d’un conflit qui la dépasse. Et son altérité n’échappe ni à la méfiance ni à la rancoeur de ses aïeuls. Violent, le récit s’adoucit cependant au contact du surnaturel. Les esprits et les fantômes, volontairement cocasses et décalés, font glisser l’histoire vers un ton plus léger et enfantin. La nature, elle aussi, porte un regard surpris sur cette humanité brisée rappelant combien vaine est l’agitation des mortels. Hélène Casado signe son premier roman, aboutissement de longues années d’immersion dans l’histoire et les cultures est-asiatiques Elle s’est longtemps consacrée à des journaux en ligne, initiant pour KoreaOwls les « Portraits d’histoire » puis les « Portraits de diaspora » pour Inside Corea. Autodidacte, l’auteure s’essaye cependant aux rigoureux efforts d’une recherche historiographique rigoureuse, essentielle pour donner chair et authenticité à sa fiction historique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.