Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

Terre du couchant lointain, Maroc
EAN13
9782350465814
ISBN
978-2-35046-581-4
Éditeur
Filigranes
Date de publication
Collection
HORS COLLECTIIO (1)
Nombre de pages
128
Dimensions
30 x 24 x 1,2 cm
Poids
990 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Terre du couchant lointain

Maroc

Filigranes

Hors Collectiio

Offres

[...] Je percevais que Jean-Pierre Evrard ne scrutait pas sa mémoire, ne labourait pas un champ perdu de souvenirs. Il fournissait un délicat parcours nimbé de poésie et d’irrésistible inclination vers les autres dans ce qu’ils ont de meilleur, un goût passionné et débordant d’être infiniment contemporain. Cela vient de très loin. Jean-Pierre ne s’est jamais donné la posture du maître. Ce qui le caractérise est la sûreté d’un regard intimement lié au respect profond, généreux, chrétien, des expérimentations des autres. Rencontrer a toujours été l’un de ses plus grands plaisirs. Et avec lui, l’acte de connaissance se manifeste chaque fois comme un moment de lumière, dégageant chaque image du local et la drapant d’universel. J’ai eu le bonheur de parcourir les dizaines de boîtes où sont méthodiquement classés ses tirages. Classement d’orfèvre. Chaque feuille posée sur le plat de la main est un bonheur des sens, le papier a été choisi, le sélénium poudroie, les gris sont traités puissamment. Et puis, dans ces boîtes se trouvent aussi les albumines de Tlemcen, les plaques de verre du Cambodge, les portraits de Cavilla, les échanges portant le don au plus haut du bonheur de dialoguer avec les autres photographes : Edouard Boubat, Willy Ronis, Bernard Plossu, Claude Dityvon, Luc Choquer ou Marie-Paule Nègre, pour ne citer que ses préférés. [...] Patrick Manac’h Jean-Pierre Evrard photographe voyageur a photopgraphié de nombreux pays et notamment le Maroc pendant 30 ans (1981 et 2012). Nous pouvons le qualifié de photographe "humaniste", il va à la rencontre des habitants et immortalisant la vie quotidienne, sans artifice. "Photographier est un acte prédateur dans sa gestuelle et seule la mise en place d’une complicité permet d’éviter la position dominante et gênante sur une personne pas toujours en mesure de se préserver. C’est la raison pour laquelle je n’utilise que des focales très courtes de façon à être le plus près possible des personnes photographiées. Je veux que ces personnes me regardent même si, pour des raisons de naturel, je ne leur demande pas toujours leur accord car le plus souvent celui-ci m’est déjà accordé, parce que le contact a été créé bien avant que je sorte mon appareil." [...] JPE
S'identifier pour envoyer des commentaires.