Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

La Grande Ourse *.

21,50
par (Libraire)
30 août 2022

Une merveille

Ce roman de Valentine Goby m'a particulièrement touché. Nous sommes en 1942 et le jeune Vadim Pavlevitch, 12 ans, vit à Paris avec sa mère. Son père et son frère disparaissent. Asthmatique, il est envoyé à Vallorcine, un petit village de montagne proche de la Suisse. Il sera accueilli par une famille qui ne pose pas de questions. Vadim, devenu Vincent, va découvrir la montagne, le rythme des saisons, la neige, le ski, les amours d'enfance, un grand-père et un oncle... Il est émerveillé par cette nature magnifique dont Valentine Goy sait si bien nous parler. Les descriptions sont splendides, c'est un livre lent qui se déguste.
Ces quelques mois forment comme une parenthèse pour l'enfant. Mais la tension est palpable. Il reçoit quelques courriers de sa mère, peu. Il ne sait pas où sont ses parents, ses amis, ses voisins.... Jusqu'en 1943, cette région est occupée par les Italiens, qui ne déportent pas les Juifs. Cela ne va pas durer.
C'est bouleversant, lumineux. Un roman sur l'enfance et sur le courage des habitants de ces montagnes.

Vanessa

par (Libraire)
30 août 2022

Premier roman percutant

Claire Baglin livre un premier roman taillé à la serpe. Elle mêle ses souvenirs d'enfance où elle et son frère réclamaient d'aller au fast-food. Mais, étudiante, elle y travaille pendant une saison d'été. Elle décrit avec minutie les relations de travail, la hiérarchie, les gestes répétitifs, la chaleur, l'odeur de friture qui imprègne les vêtements, la peau, la pression...

Un roman rythmé, précis, une écriture travaillée. Une belle découverte !

Vanessa

20,00
par (Libraire)
26 août 2022

L'immanquable de la rentrée

Dans ce premier roman saisissant, Laura Poggioli touche du doigt une réalité glaçante : celle des violences faites aux femmes en Russie.
Un proverbe russe dit "s'il te bat c'est qu'il t'aime" et Laura Poggioli en a fait l'expérience lorsqu'elle était étudiante à Moscou dans les années 2000. Amoureuse de la langue et de la culture russe depuis toujours, elle idéalise et fantasme un pays aux multiples contrastes. C'est en revenant sur le cas de trois soeurs ayant assassiné leur père après des années de torture et de violence, que Laura Poggioli réalise que son histoire personnelle est faite elle aussi de violence et de mensonges.
Un tableau de la société russe d'aujourd'hui, une société complexe tentée par la modernité mais incapable de surmonter les défis sociaux dans un monde qui change.
On adore !

Mila

par (Libraire)
20 août 2022

Délicatesse ! Finesse !

Comment définir autrement cette merveille de roman qui raconte une maison, le mois d'août, une famille et plus sûrement le temps qui passe, l'enfance perdue, l'âge mûr qui arrive et la vieillesse que l'on découvre.
Le roman de la vie avec des mots à faire pleurer.

Une pépite de la rentrée.

Eric

par (Libraire)
18 août 2022

Troublant

C'est toujours un plaisir de retrouver Carole Fives qui propose, de sa plume acidulée, des romans originaux comme Tenir jusqu'à l'aube et Térébenthine, par exemple.

Une jeune autrice (qui pourrait être Carole Fives !) rencontre Thomas, le mari de Béatrice Blandy, écrivaine célèbre qui vient de mourir. Une histoire amoureuse commence mais Béatrice Blandy reste très (très) présente... le trouble s'installe, qui manipule qui ? Un roman intriguant jusqu'à la dernière page !

Un vrai plaisir de lecture.

Vanessa