Les livres tout près de chez vous !

Grâce au partenariat amical avec des commerçants locaux, faites-vous livrer près de chez vous à Varengeville, St Aubin sur Scie ou St Martin en campagne !

 

Elizabeth P.

Une femme en contre-jour

Les Éditions Noir sur Blanc

14,00
29 avril 2020

Elle a toujours de bonnes idées Gaëlle Josse.
Celle de nous raconter la vie de Vivian Maier en est une nouvelle.
Vivian Maier était une américaine d'origine française.
Enfance chaotique, parents défaillants.
Elle vivra en occupant la fonction de nurse, mais surtout, elle prendra tout au long de sa vie des milliers et des milliers de photos entassées dans des cartons.
Un homme achètera ces cartons à une vente aux enchères, découvrant ainsi la richesse de ces photos.
L'histoire n'est pas vraiment romancée et ça me gênait un peu de ne pas ressentir d'émotion particulière en lisant.
Mais, en allant sur le site de Vivian Maier et en continuant mes recherche sur internet, j'ai été sidérée, ébahie par la variété et la beauté de ces photos.
Et j'ai compris et admiré la démarche de Gaëlle Josse.
Comment cette femme à priori insignifiante, venant d'un milieu plutôt défavorisé, a-t-elle pu déployer un tel talent photographique ?
Mais aussi pourquoi ne les a-t-elle jamais présentées à personne ?
Il semble qu'elle photographiait compulsivement, comme si c'était une nécessité vitale, comme elle respirait.
Et qu'elles sont belles ses photos !
Des visages incroyables, des plans magnifiques, des effets d'optique dignes des plus grands photographes.
Merci à Gaëlle Josse de nous avoir permis de nous les avoir fait connaitre et d'avoir rendu un si bel hommage à Vivian Maier.
Cette femme en contre-jour a la même passion que "La femme révélée" de Gaëlle Nohant.
Deux Gaëlle de grand talent.

Dernier arrêt avant l'automne
29 avril 2020

Le dernier né de René Frégni.
L’histoire, comme toujours, se passe dans le Sud.
Par l’intermédiaire d’un ami libraire, un écrivain un peu en mal d’inspiration, devient provisoirement gardien d’une abbaye abandonnée.
Ambiance bucolique, jusqu’à ce que...
J’aime bien lire René Frégni.
C’est toujours frais, rafraîchissant.
Mais aussi sensible et poétique.
Il nous donne des envies de nature
Il cultive l’art de prendre son temps, l’art de l’écriture, l’art de la contemplation
Et ses histoires sont toujours sympathiques même quand il y a mort d’homme
Cette lecture m’a reposée, emmenée ailleurs.

Une femme en contre-jour

Les Éditions Noir sur Blanc

14,00
28 avril 2020

Elle a toujours de bonnes idées Gaëlle Josse.
Celle de nous raconter la vie de Vivian Maier en est une nouvelle.
Vivian Maier était une Américaine d’origine française.
Enfance chaotique, parents défaillants.
Elle vivra en occupant la fonction de nurse, mais surtout, elle prendra tout au long de sa vie des milliers et des milliers de photos entassées dans des cartons.
Un homme achètera ces cartons à une vente aux enchères, découvrant ainsi la richesse de ces photos.
L’histoire n’est pas vraiment romancée et ça me gênait un peu de ne pas ressentir d’émotion particulière en lisant.
Mais, en allant sur le site de Vivian Maier et en continuant mes recherche sur internet, j’ai été sidérée, ébahie par la variété et la beauté de ces photos.
Et j’ai compris et admiré la démarche de Gaëlle Josse.
Comment cette femme à priori insignifiante, venant d’un milieu plutôt défavorisé, a-t-elle pu déployer un tel talent photographique ?
Mais aussi pourquoi ne les a-t-elle jamais présentées à personne ?
Il semble qu’elle photographiait compulsivement, comme si c’était une nécessité vitale, comme elle respirait.
Et qu’elles sont belles ses photos !
Des visages incroyables, des plans magnifiques, des effets d’optique dignes des plus grands photographes.
Merci à Gaëlle Josse de nous avoir permis de nous les avoir fait connaitre et d’avoir rendu un si bel hommage à Vivian Maier.
Cette femme en contre jour a la même passion que "La femme révélée" de Gaëlle Nohant.
Deux Gaëlle de grand talent.

Les Contours de la mélancolie
11 mars 2020

Contours de la mélancolie ?
Contours de la dépression ?
Contours de la névrose ?
Contours de la descente aux enfers ?
Oui, parce qu’il s’agit bien plus que de mélancolie.
Pauvre Eléna !
Comment ne pas l’aimer ?
Tout s’acharne contre elle.
Elle-même s’acharne contre elle.
Heureusement qu’il y a Théo et son amour toujours présent bien qu’il soit parti.
Heureusement qu’il y a sa sœur, pas toujours commode mais toujours présente.

J’ai eu un peu peur au début.
Peur d’être tombée sur un livre un peu mièvre.
Mais que non ! C’est un très beau roman.
Bien écrit, profond.
Un style parlé, vivant.
C’est une belle réussite que ce premier roman.
Léa Herbreteau a du talent.
Elle a un don d’’analyse, d’observation.
Elle mène bien son histoire, maîtrise bien ses personnages.
Le harcèlement est parfaitement étudié.
Sur un sujet qui aurait pu être noir, elle délivre un message d’optimisme.
J’ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture inattendue.

Toutes les histoires d'amour du monde
25 février 2020

Trois carnets retrouvés dans un grenier à la mort de Moïse vont changer la vie de son fils et de son petit-fils.
Trois carnets dans lesquels, chaque 3 avril, depuis 1960 et jusqu’à 2004, Moïse écrit à une certaine Anne-Lise.
Mais qui est cette Anne-Lise ?
Pourquoi Moïse n’en a t-il jamais parlé ?
Après avoir vainement cherché, son fils se confie enfin à son propre fils et lui demande de continuer à chercher.
C’est un roman émouvant.
L’idée et la construction sont originales
Pourtant, pas d’effusions dans ces lettres annuelles. Un récit qui paraît presque détaché mais où perce tellement d’amour.
Parce que c’est bien d’amour qu’il s’agit.
D’amour sous toutes ses formes : familial, passionnel, du prochain…..
Et l’accent est mis sur la difficulté de communication entre père et fils.
Pudeur et incapacité à se montrer et encore plus à se dire qu’on s’aime.
Une question me reste : est-ce autobiographique ou non ?