Les livres tout près de chez vous !

Grâce au partenariat amical avec des commerçants locaux, faites-vous livrer près de chez vous à Varengeville, Pourville, St Aubin sur Scie ou St Martin en campagne !

 

 

Julien L.

http://ohpopup.canalblog.com/

Libraire depuis plus de 21 ans, je vois mon métier comme un métier de transmission
C'est pour cela que j'ai créé un blog consacré à ma passion : le livre animé voici l'adresse : http://ohpopup.canalblog.com/

par (Libraire)
19 avril 2005

Le monologue poignant d'une femme qui vient de perdre son mari. Cet homme en quête de la phrase ultime et du mot rare vivait « dans le silence, le silence dans lequel se tiennent les morts et qui est l'autre nom de l'absence ». Cet homme qui laisse derrière lui des doutes, des peurs, des questions sans réponse. Le connaissait-elle vraiment ?

une romance

Le Castor Astral

9,15
par (Libraire)
19 avril 2005

Esther, que l'on surnomme aussi "la grande dame", est une passionnée de livres. Elle vit entourée d'eux et veut en faire profiter son petit fils David. Peu de temps avant sa mort, elle lui offre un roman auquel il ne prête pas encore attention. Jusqu'au jour où il le lit et s'aperçoit qu'il manque la deuxième partie. Dès lors commence une quête effrénée qui va le mener très loin!
"Contre vents et marées, il cherchait la version intégrale d'un roman inconnu, c'est tout. Pourtant, la suite de l'histoire, il la connaissait, quelque chose en lui, silencieusement, la connaissait depuis toujours. Mais il fallait que ses mains la touchent, que ses yeux la lisent".
Si les livres comptent tellement pour moi, dit David "c'est parce que ce sont des endroits où l'invisible se voit."
L'auteur de "Qu'il pleuve" , autre roman prodigieux (coup de coeur de septembre 2000 en pocket) signe ici un bref récit intense et émouvant.

13,15
par (Libraire)
19 avril 2005

Ce premier roman relate avec talent la vie d'un homme qui vient de perdre sa femme. Dès lors, une quête infinie vers l'éternité se met en place. Rappelant celle de Rimbaud dans la campagne ardennaise, il rencontre ainsi plusieurs personnages qui croient l'aider à récupérer son identité alors que lui ne désire que retrouver sa femme et lui donner ce qu'il n'a pas réussi à accomplir : l'acte d'aimer et d'écouter.

par (Libraire)
19 avril 2005

« Un croate…qu'on lui répétait, tu n'y penses pas !Un étranger. Quelqu'un d'une autre religion !D'un autre peuple. Qui a d'autres coutumes »

Iva est le fruit de l'union d'un père croate et d'une mère serbe. Tout au long de sa vie, elle cherchera une identité et un peuple auxquels elle pourra s'identifier. On propose à son père, Tonislav, un poste de musicien à Zagreb, la ville de son enfance. Iva et sa mère s'y installent donc au plus grand désarroi d'Ana Marija qui considère toujours sa belle fille et sa petite fille comme des ennemies du peuple croate. Mais un jour, Iva lui révèle son plus profond désir : « Je veux devenir écrivain ! Femme de lettres !(…) Pour la première fois, je ne suis pas une petite morveuse, une sale gamine, une mécréante. Je suis Iva. Oui Iva ! Iva ! C'est la reconnaissance, enfin » ! Mais bientôt Iva et sa mère sont contraintes de fuir Zagreb. Elle retournent dans cette charmante bourgade de Serbie où Iva se sent encore plus exclue, perdue et tellement seule. Mais ce qu'elle désire au plus profond de son être, c'est d'écrire la vie et toute la vie ! Entièrement plongée dans la solitude, l'ambition et les rêves.
Dans une prose minimaliste, l'auteur décrit de façon admirable, les difficultés et les mésententes que rencontrent ces deux pays. Alors qui mieux que cette jeune serbo-croate peut symboliser cette réconciliation tant attendue ?

par (Libraire)
19 avril 2005

Joseph est un écrivain sans succès qui mène une vie trop banale à son goût. Ne supportant plus le poids de ses racines, il aime se perdre dans la ville de LOndres où il retrouve ses amis artistes : Charles et Albert. Il évoque ainsi sa vie, celle d'un homme en proie à la solitude et à l'incompréhension d'une femme qu'il aime par habitude et qu'il va tromper afin d'exprimer sa passion.

Il se définit lui même comme un personnage de roman : "Joseph GRAND. Né en 1926 en Pologne. Arrive au Canada avec ses parents [...] s'enrôle en 1944 dans la RCAF, l'armée de l'air canadienne de sa majesté. [...]Après la guerre, retourne en Angleterre. Epouse une britannique. Ecrit des chroniques de voyages."
On est touché par son témoignage sincère car sa vie humble et intimiste pourrait être très bien la nôtre. Dans une langue épurée, sublime et authentique, Norman Levine décrit avec habileté le désenchantement de l'homme. Ses personnages évoluent ainsi dans un cadre unique teinté d'une atmosphère romantique et expressionniste. L'ivresse de l'amour, la beauté de la ville, la quête d'identité et des sentiments sont autant de thèmes que l'auteur traite avec force et maturité.