Qu'avons-nous fait de la Beauté ?

Dans le rôle difficile de Cassandre, Annie Le Brun nous met en garde contre la marchandisation du monde et de notre attention. Elle nous alerte sur la standardisation du beau et sa configuration commerciale, sur l'enlaidissement et l'appauvrissement des paysages et des consciences. Pour elle, une guerre a été gagnée, qui mène à la victoire d'une culture de la domination par l'argent, de l'accumulation de déchets. Sa réflexion esthétique prend une ampleur sociale et politique : le "réalisme globaliste" fonctionne par exclusion, nivellement, peur de la pensée. Or, elle nous rappelle à notre besoin vital de beauté et de valeurs. Elle nous incite à la désertion de la nuit et du rêve, à la liberté sauvage de la poésie. Stimulant!

Tous les conseils de lecture