Les livres tout près de chez vous !

Grâce au partenariat amical avec des commerçants locaux, faites-vous livrer près de chez vous à Varengeville, Pourville, St Aubin sur Scie ou St Martin en campagne !

 

 

La communication cellulaire, Un monde de récepteurs biologiques
EAN13
9782373612660
ISBN
978-2-37361-266-0
Éditeur
Editions Matériologiques
Date de publication
Nombre de pages
206
Dimensions
24 x 16 x 1 cm
Poids
400 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La communication cellulaire

Un monde de récepteurs biologiques

Editions Matériologiques

Offres

Le fonctionnement des êtres pluricellulaires nécessite l’interaction permanente entre les cellules qui les constituent. Cette « communication biologique », déjà présente chez les organismes les plus simples, implique l’émission et la réception de molécules de signalisation. à cette communication interne s’ajoute une communication avec l’environnement (organes des sens, alimentation, etc.).Cet ouvrage décrit les deux principaux systèmes de communication : le système nerveux et le système hormonal, et montre que les échanges de signaux au sein de l’organisme sont en fait bien plus complexes, car chaque cellule émet (et détecte) de nombreuses molécules de signalisation.Il aborde ensuite le monde des récepteurs, membranaires ou nucléaires, chargés de détecter ces différents signaux et leur mécanisme d’action.Les anomalies de ces systèmes de communication, liées à des défauts des systèmes émetteur-récepteur ou à des perturbations de facteurs de l’environnement, sont ensuite décrites avec des exemples de pathologies neurologiques, métaboliques et cancéreuses.De nombreuses molécules d’origine naturelle ou anthropogène présentes dans l’environnement ou l’alimentation peuvent interagir avec certains de ces récepteurs. C’est le cas des médicaments, mais aussi des substances psychotropes et des perturbateurs endocriniens, qui posent de vrais problèmes de santé publique.Enfin, nous vivons en symbiose avec les micro-organismes présents sur notre peau, mais surtout dans notre tube digestif. Ceux-ci, plus nombreux que nos propres cellules, sécrètent des molécules pour communiquer entre eux, mais celles-ci peuvent interférer avec nos propres systèmes de communication et modifier notre physiologie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.