Les livres tout près de chez vous !

Grâce au partenariat amical avec des commerçants locaux, faites-vous livrer près de chez vous à Varengeville, Pourville, St Aubin sur Scie ou St Martin en campagne !

 

Ironie légère, désarmante sincérité

Jean-Philippe Toussaint a l'art de nous saisir là où on ne l'attend pas. Dans « La clé USB », son précédent roman, il nous prenait à la gorge dans les quarante dernières pages d'un livre aux fausses allures de roman d'espionnage, en mettant à nu le désarroi et la douleur de son narrateur, surpris par la mort brutale de son père. On retrouve ici le même narrateur que celui de « La clé USB », Jean Detrez, haut fonctionnaire à la Commission européenne. L'intrigue est plus ténue (encore qu'elle nous fasse entrer avec force détails dans les arcanes du fonctionnement de la technocratie bruxelloise), la composition est plus ample (trois grandes parties que l'auteur préfère qualifier de mouvements, comme dans une œuvre musicale), mais le principe est le même : derrière l'allure détachée d'un récit volontairement factuel (mais qui réserve aussi de beaux moments de suspense et d'étrangeté), nous faire toucher à ce qu'il y a de plus intime en nous, les émotions souvent contradictoires qui nous habitent. Jean-Philippe Toussaint le fait avec la délicatesse que réclament ces émotions privées (« une des plus belles choses dont nous disposions » dit-il), grâce à cette écriture qui est sa marque de fabrique, où se mêlent ironie légère et désarmante sincérité.

Jean-Luc

Tous les conseils de lecture