Pour suivre notre actualité, les rencontres d'auteurs, les ateliers, les coups de coeur... abonnez-vous à la newsletter de La Grande Ourse !

 

Conseils de lecture

17,90
Conseillé par (Libraire)
13 mai 2024

Une noirceur poétique

On pourrait écrire que ce texte est un conte, une fable, une manière symbolique de dire la noirceur des âmes. Des contes il en a la concision, celle des mots évocateurs, poétiques qui disent la sidération. Des fables, il en possède une morale, celle de la capacité de résilience des femmes face à la brutalité des hommes et du monde environnant que symbolise un lieu, le Fonds du Puits. Dans ce village éloigné, un Fils va devoir en une nuit remplacer sa Mère, celle qui connait les choses cachées, qui entend tout ce qui est tu, en étant capable d’apporter la guérison. Ce don elle l’a transmis à son fils qui dans ce lieu va devoir soulager à son tour. Mais le Fils ne sait pas tout. Il ignore que la mère est déjà venue dans ce bout du bout du bout du monde et que des histoires anciennes y sont dissimulées. Pour les extraire du passé il va falloir rencontrer le prêtre, l'enfant, l'homme aux épaules rouges, la femme aux yeux verts et se colleter avec hier. En peu de mots, Cécile Coulon convoque une atmosphère pleine de mystères, de malédictions, d'opacité irrationnelle à la lisière de l’horrifique et de la poésie. Un texte dans la continuité d’une oeuvre en perpétuelle évolution.


16,50
Conseillé par (Libraire)
11 mai 2024

Les trois mousquetaires

Bea et Raffy vivent dans le paradis naturel qu'est Ravenwood depuis leur naissance (c'est à dire 11 ans), durant l'été Noa va se joindre à eux et ils vont se promettre de passer le meilleur été possible.
Seulement, les adultes ont décidé de vendre la propriété à un entrepreneur qui souhaite tout raser, même le magnifique Yggdrasill, arbre vieux de 400 ans, véritable refuge pour les enfants.
Mais nos trois héros ont décidé de tout donner pour défendre cette endroit si cher à leur coeur, leur maison.
Une histoire belle et inspirante qui insuffle bien du courage.
Dès 10 ans.

Amélie


Lize Spit

Actes Sud

16,00
Conseillé par (Libraire)
11 mai 2024

La force des enfants

L'autrice flamande s'inspire d'une histoire vécue pendant son enfance :
le narrateur Jimmy a onze ans, solitaire, il se passionne par sa collection de "flippos" (vignettes illustrées) à laquelle il consacre tout son temps libre. Il les époussette soigneusement (on trouve les flippos dans les paquets de chips!), les range consciencieusement dans des classeurs, dont l'un est réservé à son meilleur ami Tristan. Il imagine la cérémonie qu'il va organiser pour lui offrir, un moment fort qui va sceller leur amitié à tout jamais.
Tristan est un réfugié qui a fui le Kosovo, la guerre, la violence et les menaces, avec toute sa famille. Après plusieurs mois passés dans ce village, ils sont menacés d'expulsion, leur demande d'asile ayant été refusée. Mais Tristan et sa grande sœur Jetmira veulent vivre ! Et ils ont un plan dans lequel Jimmy va jouer un rôle prépondérant.
Un roman court, poignant, drôle aussi, qui aborde avec beaucoup de finesse le drame de l'exil et la force de l'enfance.

Vanessa


17,50
Conseillé par (Libraire)
7 mai 2024

Un jeune homme qui va se révéler !

Ismaël a 15 ans et vit des choses compliquées. Comme il ne partage pas ses souffrances avec sa famille, celle-ci peine à le comprendre et ne sait plus quoi faire avec lui.
Un jour, ça va être la goutte de trop, il va craquer et se retrouver exclu de son collège pour 1 mois. Envoyé chez son oncle et sa tante à Lyon , il va devoir faire un stage dans un authentique "bouchon lyonnais". Il va alors se révéler et ses nouvelles rencontres vont le conduire à mener 1000 vies !
Le récit très touchant, avec de l'humour, de l'amour, de l'aventure et beaucoup de justesse, d'un jeune homme qui se construit.
Une écriture qui accroche et qui nous pousse à tout lire d'une traite !

Amélie


Erwan Desplanques

Éditions de L'Olivier

18,50
Conseillé par (Libraire)
4 mai 2024

Une douce folie

Etrange... Je lis la première nouvelle et je suis comme déçue par la chute. Et puis, l'histoire fait son chemin, et je ne sais pourquoi, je ne l'oublie pas, elle reste en moi, elle me titille. Alors, j'attaque la deuxième et chaque fois une drôle de sensation, quelque chose m'échappe et me touche à la fois. Je n'ai pas les mots pour décrire ces nouvelles d'Erwan Desplanques mais lui, c'est sûr, il a su les trouver ! Elles n'ont l'air de rien ces nouvelles, et pourtant... A chaque point final, on se retrouve un peu groggy, comme si on avait découvert en soi un possible, une part que l'on ne connaît pas, un peu folle, parfois douce. Lire "La Part sauvage" c'est comme partir pour mieux revenir.

Vanessa